05
mai
2014

Vivre en Yourte

Les difficultés réglementaires liées à l'habitat en yourte, par Sylvie Barbe

 

Sylvie Barbe mène une vie engagée. Elle est la première en France à avoir choisi de vivre en yourte il y a 20 ans. Tout récemment elle sort un livre "Vivre en yourte : un choix de liberté" aux éditions Yves Michel.

 Vivre en yourte ne concerne pas que l'habitation. C'est un choix de vie qui incarne la sobriété heureuse dont parle notamment Pierre Rabhi. Ce choix, Sylvie Barbe l'a fait il y a 20 ans. Elle est la première en France à avoir choisi de vivre dans une yourte.

 

Qu'est ce qui vous a poussé à faire ce choix de vie ?

 C'est le résultat de longues années d'un cheminement personnel, une trajectoire qui implique toute une vie. Je me suis posée beaucoup de questions sur les fondements de ma vie domestique, et cela m'a mené à vouloir faire autrement pour mon habitation. À l'époque, j'étais couturière d'art. Douée de mes mains, je me suis tournée vers l'auto-construction. Au fil des recherches d'une méthode abordable pour moi (je ne suis pas menuisier!), j'ai trouvé la yourte. Une architecture ronde, légère, faites avec les matériaux du coin. Structurée à base de treillis de bois et de toile cousu, cela m'a semblé très abordable. Dès lors, l'habitat en yourte m'est apparu être une belle alternative et je me suis lancée à partir de trois fois rien. Pour la partie en bois, j'ai appris, en autodidacte. C'était finalement assez simple, en visitant les rayons architectures des bibliothèques pour voir comment étaient faites les yourtes et j'ai élaboré mon plan à partir des exemples donnés. Mon atelier de couture a été très utile, et je suis allée fouiller dans les marchés, les dépôts-ventes. J'ai fait beaucoup de récupération et c'est ainsi que j'ai construit ma première yourte.

 

Quels sont les avantages à vivre en yourte ?

Être en contact direct avec la nature, proche de la forêt ce qui était pour moi très important depuis longtemps. Pouvoir se déplacer relativement facilement, avec sa yourte, même si je me suis toujours considérée sédentaire et non pas nomade.

La faculté de pouvoir l'entretenir seule. Dès qu'il y a quelques bricoles à faire, je les fais selon mes propres désirs. J'ai aussi découvert que l'habitat dans un rond est quelque chose de très confortable. Se sentir bien tout simplement, dans le cercle a quelque chose de très chaleureux et sécurisant. J'ai décoré moi même ma yourte, avec des patchworks, des peintures d'art, j'ai fait mes propres meubles en tissu, j'ai inventé beaucoup de petites choses adaptables à la yourte, une projection artistique très intéressante.

 

Et les inconvénients ?

On est livré aux éléments, il faut aimer être en contact direct avec la nature. Lorsqu'il y a un orage, tout tremble, la pluie fait beaucoup de bruit sur la toile. Si l'on considère que l'implantation dépend du territoire et donc de l'environnement humain, j'ai eu des difficultés par rapport aux gens qui n'acceptent pas que l'on puisse vivre dans un habitat différent, j'ai dû faire face à quelques méchancetés. C'est aussi une habitation vulnérable, vous pouvez facilement détruire une yourte avec un couteau. De même que l'on peut facilement défoncer une porte de yourte et voler tout ce qu'il y a à l'intérieur. On vit dans le risque, dans la légèreté sans accumuler de bien matériel et tout cela implique une vulnérabilité qui est assumée par le habitants des yourtes. Personnellement, j'ai toujours trouvé que les avantages compensaient largement les inconvénients puisque j'y vis depuis presque 20 ans !

 

Ce type d'habitat concerne-t-il beaucoup de personnes en France ?

Non. Habiter en yourte est un choix que font peu de personnes. Il est difficile de connaitre le nombre exact de yourtes en France car les gens ne se déclarent pas et font le choix d'être discrets. Même en tant qu'association, on a du mal à répertorier les yourtes, mais je dirais quelques milliers.

 

A quels problèmes réglementaires se heurte l'habitation en yourte ?

C'est une situation très complexe parce qu'il est vrai que l'on ne peut pas s'installer n'importe où. Je pense qu'il y a des abus autant de la part des gens qui veulent habiter en yourte, que de la part des autorités. Il y a un vide juridique avec l'arrivée récente des yourtes en France et il est vrai que dans la culture et les mentalités, personne n'avait imaginé qu'au "pays de la pierre et des châteaux" allait débarquer des personnes qui souhaiteraient vivre sous une tente. Nous dépendons des interprétations juridiques, ce qui a parfois mené à des procès. En première instance, les juges relaxent pour les personnes installées en yourte en tant que tente. Il est évident que les hameaux de yourtes non déclarés sont indéfendables. Nous comprenons que notre démarche puisse heurter la tradition française et occidentale et notre rôle est donc de développer une pédagogie pour l'expliquer. Malheureusement, les autorités se replient sur le code de l'urbanisme (le seul connu) et dans ce code, il n'y a rien contre les yourtes. Actuellement, la seule chose légale est la yourte camping, pas le camping traditionnel pour les touristes mais le camping libre. Jusqu'à présent, le fait que l'on puisse y vivre à l'année ne changeait pas la législation. Cependant, d'après la ministre du logement Cécile Duflot une nouvelle loi serait en préparation. Cette loi indiquerait que les yourtes deviennent dépendantes du permis de construire. Nous, les habitants de yourte, ne sommes pas d'accord avec cette règlementation car traditionnellement, il s'agit d'une tente selon la définition du dictionnaire, et nous aimerions continuer à bénéficier de la liberté du camping.

 

Quelles seraient les solutions ?

Continuer de considérer la yourte comme ce qu'elle est, à savoir une tente. Une yourte n'a strictement rien à voir avec une maison, puisque nos murs ne sont pas des murs, ils sont fait de tissus. La réglementation concernant le permis de construire a changé tout récemment et fixe des normes d'isolation. Or ces mesures sont tellement drastiques pour les maisons "carrées" qu'il est difficile aujourd'hui de s'imaginer qu'une habitation ronde en toile puisse répondre à ces critères. Si nos habitations devaient un jour dépendre de ce permis de construire très contraignant auquel nos habitations ne peuvent pas répondre, ce serait une manière d'interdire la yourte. Nous sommes en colère, parce que cette loi est proposée par le gouvernement actuel et sa Ministre du Logement Cécile Duflot représentant "Les Verts" ! Nous avons du mal a comprendre comment un parti qui se dit défendre l'écologie peut en arriver à interdire les yourtes. Il y a là un paradoxe injustifiable.

 


Pour aller plus loin : 

Lire le livre de Sylvie Barbe, "Vivre en yourte : un choix de liberté" aux éditions Yves Michel. 

Le blog de Sylvie Barbe : Yurtao, la voix de la yourte.


 

Article mis en page pour Uto'Pistes par : MikA Mot(s) Clé(s) Agir - Changement - Conscience - Habitat - Vivre Autrement - Yourte

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire