04
janvier
2013

L'enfant Téflon

 

 

Mon éducation, je l’ai faite pendant les vacances !

 

L’enfant téflon est un enfant sur qui rien ne colle. Notre système d’éducation n’a à peu près pas de prise sur lui, ni d’ailleurs les punitions, la morale, la culpabilité ou les promesses. Il :

- semble seul mais n’en souffre pas ;
- ne ressent jamais de culpabilité ;
- n’est surdoué que dans ce qu’il aime ;
- a de la difficulté à voir un but ou une place pour lui dans l’avenir ;
- est porté à trouver bien des choses stupides ;
- ne croit pas au changement et ne peut vivre dans la contradiction ;
- est très curieux tant qu’il n’a pas été désarçonné par le manque de réponses.

Un être complètement identifié, tel l’enfant téflon, est un individu qui n’est plus soumis à aucune forme de collectivisme de conscience. Il n’est dépendant de personne aux plans psychologique, émotif et intellectuel. Il prend ses propres décisions en fonction des événements qui ponctuent sa vie et n’a pas besoin des opinions émotives ou psychologiques des autres pour s’en faire une.

Il n’est plus influençable et est autonome. Il sait qui il est. Il est capable de juger de sa valeur à partir de lui-même et non plus d’une comparaison avec autrui.

Il comprend l’utilité du travail commun qui divise les efforts et multiplie les résultats, mais n’est plus collectif du point de vue de sa conscience et de sa vie émotive.

Puisque le cadre dans lequel vit l’enfant est rigide, l’enfant s’identifie à ce qui lui est permis : un citoyen, un bon enfant qui écoute bien ses parents, un bon élève qui travaille pour faire plaisir à ses parents, à un ami, à un grand ou une grande soeur, un enfant qui appartient à quelqu’un, etc...

Le fait de dire « mon enfant » assujettit l’enfant à appartenir à quelqu’un d’autre qu’à lui.
Il doit s’identifier à un être humain altruiste, bon, calme, patient, intelligent, excellent dans le sport, poli, bien élevé. Toutes les qualités humaines, rarement exprimées par les parents, sont projetées sur l’enfant.

L’adulte qui en résulte garde toute sa vie, à moins d’un grand travail, les séquelles de sa jeunesse.

Pour l’enfant téflon, il est inconcevable de passer sa jeunesse à préparer sa vieillesse
pour passer sa vieillesse à regretter sa jeunesse.


Source - Jean Pierre-Lepri : Voir son Site


Article mis en page pour Uto'Pistes par : MikA Mot(s) Clé(s) Autrement - Conscience - Education - Enfants - Jean Pierre-Lepri

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire