05
mars
2013

Gentillesse... !

 

Quatre Clés pour...

Apprendre la vraie gentillesse !

 

Gentillesse ne rime pas toujours avec franchise... Nous cachons souvent ce que nous pensons vraiment, pour ne pas risquer de déplaire, de décevoir ou d’entrer en conflit. La vraie gentillesse, c’est choisir de vivre des relations en vérité.

  • Trois minutes trois fois par jour. Sous cette formule quasi homéopathique, je propose d’intégrer la connaissance de soi par la fréquentation consciente de notre être profond. Pour beaucoup d’entre nous la seule position d’assise silencieuse, recommandée par bien des traditions, fait trop peur : nos sociétés ont perdu toute référence à ces traditions et, de ce fait, peu de gens savent tout le bénéfice qu’il y a à conjuguer silence et immobilité, dans la disponibilité à l’Esprit. Trois minutes, guidées par l’écoute de nos sentiments et de nos besoins, constituent une discipline qui nous permet de les comprendre et donc d’en retrouver la maitrise (Plutôt que de les refouler, rappelons-nous : les émotions dont nous ne nous occupons pas s’occupent de nous !) et petit à petit d’aligner notre vie sur notre élan de vie propre, en ayant fait de la place pour le Souffle.
  • Apprendre à dire non. Vous recevez une invitation mais vous vous sentez trop fatigué(e). Plutôt que de vous mélanger les pinceaux et d’inventer un pieux mensonge, clarifiez ce à quoi vous dites oui quand vous dites non. Maintenant que vous pratiquez cette écoute intérieure, vous allez développer bien plus d’aisance à dire « Oui, je te suis reconnaissant pour ton invitation, mon conjoint et moi nous tenons à l’amitié que nous partageons avec toi et serions heureux de nous revoir ; en même temps - je tiens à la sincérité - j’ai vraiment besoin de me reposer et ma priorité sera de me coucher tôt ; à bientôt ». Vous remplacez le « Non je ne suis pas libre » par « Oui à l’amitié, la sincérité et au respect mutuel ». Voulez-vous qu’on vous aime pour ce que vous faites ou pour ce que vous êtes ? Devant la confusion chaque jour dans le monde, vous n’allez quand même pas en rajouter en y apportant la vôtre par un pieux mensonge ? Notre planète n’a-t-elle pas urgemment besoin de l’hygiène de conscience du plus grand nombre ?
  • Quitter la pensée binaire (ou dualiste). Dégagez vous de cette vieille habitude occidentale de la pensée binaire qui nous maintient dans la croyance : « Soit je dis oui et l’autre sera rassuré que je l’aime et moi d’être aimé ; soit je dis non et l’autre va bien sûr croire que je ne l’aime pas et il ne m’aimera plus. » Soit/soit, ou/ou. On est pieds et poings liés dans l’amour conditionnel ainsi que dans un mode de pensée qui entretient la division plutôt que de nourrir l’unité. L’exemple ci-dessus nous montre comment déjouer ce piège de la pensée binaire par la pensée complémentaire: « Je t’aime et te respecte, et je m’aime et me respecte. »
  • La vérité, toute la vérité. Osez nommer tous les enjeux. Je suis frappé de voir combien il nous est encore difficile - bons garçons, bonnes filles que nous sommes - d’oser dire tout le bien que nous pensons, toute l’affection que nous ressentons. Quel parent pense à préciser : « Je t’aime de tout mon être et j’apprécie ton goût de la liberté et ta fantaisie, et en même temps je n’en peux plus d’être la seule personne à ranger cette maison, j’ai besoin d’aide et de réciprocité. Voudrais- tu assurer telle tâche ? »

Article mis en page pour Uto'Pistes par : MikA Mot(s) Clé(s) Agir - Autrement - Changement - CNV - Communication Non Violente - Conscience - Gentillesse

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire