WebZine...

  • Dominé ?

    Dominé ?

    Il existe des dominants et des dominés dans les basses-cours, les cours d’écoles, dans les familles, comme dans les bureaux (indépendamment des hiérarchies officielles). La dominance – obtenir de quelqu’un qu’il fasse ce qu’on voudrait le voir faire...
  • Méthode PRODAS

    Méthode PRODAS

    Le Cercle de paroles PRODAS est un programme structuré qui permet aux jeunes de s’engager positivement dans le développement de leur conscience d’eux-mêmes, de leur efficience personnelle, de leur confiance en eux-mêmes et de...
  • (...) L'enfant

    (...) L'enfant

    Besoins de l'enfant - L’éducation est un droit reconnu au niveau international. Mais de quelle éducation parlons-nous ? Souhaitons-nous perpétuer un modèle de contraintes abusives, de domination et d’inculcation de normes sociétales préfabriquées ou...
  • J'ai Peur...

    J'ai Peur...

    J’ai peur de perdre mon travail, mon épouse, mon argent. J’ai peur de ce que vont penser les voisins, de la punition. J’ai peur de la maladie, de la mort – donc j’ai peur de vivre, car la mort est partie de la vie. J’ai peur d’être seul, de ne pas être...

16
septembre
2013

Culture sur Butte

 

La Culture sur Butte...

 

Rassemblée de façon à former une butte, la terre se réchauffe plus rapidement et « ressuie » mieux : l’eau est plus rapidement drainée. Il est confortable de se pencher sur un sol un peu moins bas. 

Le sol n’est jamais travaillé. Rempli des racines de légumes récoltés ou de celles des engrais verts, il est toujours couvert par de la paille, du bois raméal fractionné (BRF). Ce potager autorise un joyeux mélange. Ainsi, on laissera se ressemer librement les plantes ou l’on sèmera les graines mêlées de légumes, parfois même directement sur le paillage qui recouvre la butte. Quitte à repiquer les plants surnuméraires ou mal placés à un endroit qui se libère entre les végétaux en place.

Une seule règle : on installe un seul pied d’un légume volumineux, tandis que l’on peut semer des rangs de petites plantes

Comment realiser la butte ? Pour élaborer une butte de 1,20 m de large, décaissez le terrain qui l’entoure sur 30 cm de profondeur : vous ensemencerez ces allées avec du trèfle nain. Déposez cette terre sur un lit de gravats, surmonté d’une bûche au centre de la butte afin d’éviter son affaissement.

Mais quels sont les avantages de cette culture étrange qui demande pourtant un gros travail de mise en place ?

  • tout d’abord, elle évite de se baisser. Quel jardinier ne s’est pas plaint que la terre était basse? La hauteur varie suivant les climats, les besoins, les cultures, la hauteur de la personne qui aura a se baisser. On peut aussi rajouter des bordures en bois qui tiendront la butte dans le temps.
  • Le paillage systématique, fondamental, permet de : limiter l’enherbement, limiter l’évaporation de l’eau et donc de presque supprimer l’arrosage (hors plantation bien sûr), fournir régulièrement tout au long de l’année la fertilité à la butte par humification (décomposition par la faune du sol) de la couche de mulch, protéger cette fameuse microfaune et son cortège de bactéries, champignons et autres arthropodes du gel, du soleil, du dessèchement et de l’érosion. La terre reste humide et meuble.
  • Le non travail du sol. Cette capacité alléchante est permise justement par le paillage et la présence forte de la multitude silencieuse, ces jardiniers de l’ombre qui humifient (humidifient aussi d’ailleurs), brassent, mélangent, complexifient et transforment les différents horizons du sol. Ces derniers ne sont jamais dérangés par un quelconque bêchage, même superficiel, et le processus complexe et vital d’aggradation (le contraire de dégradation : accumulation de nutriments et d’éléments) peut se dérouler jusqu’au bout.
  • La multiplication de microclimats. Suivant l’orientation de la butte (N/S, E/O) on aura des versants plus secs, humides, ombragés, ensoleillés, exposés aux vents dominants, chauds, froids, ce qui permettra d’ajuster au mieux les plantes suivants leurs exigences. De plus le microclimat en sommet et bas de la butte ne sera pas le même. On privilégiera par exemple des plantes grandes et exigeantes en sommet (maïs, courgettes) ou plutôt des plantes frugales en milieu et bas de pentes (oignons, fraises).
  • L’augmentation de la surface de culture. On passe du 2D à la 3D : la surélévation de notre surface de culture multiplie la surface de plantation. On peut se permettre une grande diversité de végétaux par m² et donc multiplier par là même les associations, rotations, engrais-verts, … et les rendements. Un exemple d’agriculture dite « bio-intensive ».

 

Résumé

La culture sur buttes est un type d’agriculture qui permet aux cultures de se développer en synergie et de pousser naturellement. Pas de labour, pas d’engrais préparés, pas de traitement, pas d’herbicide, l’idée est de créer une ferme-forêt où tout s’équilibre. Les buttes proprement dites permettent de gagner de la place, de travailler confortablement, de faire pousser ensemble différents types de plantes (fleurs, légumes, grimpants, vivaces…).

 

 


Richard Wallner, au sein de sa ferme Le Petit Colibri, expérimente depuis 2005 l’Agriculture Naturelle et la Conception Permaculturelle. Il propose des stages et des visites pour la culture sur buttes. Ces stages s’adressent à tous les curieux, jardiniers, maraichers, qui souhaitent se former et réfléchir aux méthodes alternatives potagères.

 

Pour plus d’infos : aupetitcolibri.free.fr
Ferme écologique AU PETIT COLIBRI
Chemin de l’évêché
16570 Marsac


 

Article mis en page pour Uto'Pistes par : MikA Mot(s) Clé(s) Agroécologie - Autrement - Changement - Permaculture

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire